Les Arcuriales, Entrée D, 45 Rue de Tournai, 59000 Lille
+33 328 144 100
contact@interreg4c.net

Les femmes dans le numérique et les hautes technologies : une voie à suivre

Coopération transfrontalière par le financement de projets

L’importance de la présence des femmes dans les secteurs des hautes technologies et du numérique

Les recherches montrent qu’une participation accrue des femmes dans le secteur de la haute technologie/secteur numérique stimulera l’économie et permettra leur pleine participation à la société ; que des équipes plus diversifiées conduisent à une meilleure prise de décision, à des produits et services plus innovants, ce qui se traduit par de meilleures performances des entreprises et un progrès commercial et économique.

Dans la pratique, le tableau est différent : les chiffres montrent que les femmes sont nettement sous-représentées dans le secteur des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) ainsi que dans l’économie numérique. Les statistiques européennes montrent que seul un diplômé en STEM sur trois est une femme ; 17 % seulement des spécialistes des TIC dans l’UE et 19 % seulement des entrepreneurs européens du secteur des TIC sont des femmes ; 93 % du capital investi dans les entreprises européennes cette année est allé à des équipes fondatrices entièrement masculines.

Néanmoins, la demande de talents numériques dans le “futur numérique” – données de grande taille, robotique, intelligence artificielle, cybersécurité, Internet des objets, … pour n’en citer que quelques-uns – est énorme et croît si rapidement que le recrutement d’un plus grand nombre de femmes permettra, d’une part, de répondre à la demande croissante de l’Europe en experts/entrepreneurs numériques et, d’autre part, de contribuer aux avantages créés par une main-d’œuvre et des équipes de direction équilibrées entre les sexes.

FEMINA – participation des femmes dans les entreprises de haute technologie

Ces brèves explications sont très claires – il y avait et il y a toujours un besoin d’action ! C’est là qu’intervient le projet Interreg Europe FEMINA – participation des femmes dans les entreprises de haute technologie – qui examine comment identifier, mettre en œuvre, suivre et évaluer les mesures politiques qui éliminent les obstacles à l’entrepreneuriat féminin dans le secteur de la haute technologie, à l’emploi et à la progression de carrière dans les PME de haute technologie et à la dimension de genre de l’innovation dans les programmes de financement des jeunes entreprises et des PME de haute technologie.

Quel sujet énorme, intéressant, pertinent et, à l’époque de COVID, encore plus important dans le contexte ci-dessus ! Examinons de plus près le projet FEMINA, qui a lancé en juin 2018 un premier changement de politique et un nouveau projet passionnant basé sur l’échange entre les partenaires du projet ainsi que sur plusieurs bonnes pratiques.

De l’échange de pratiques au changement de politiques

Un point de départ pour changer la politique du programme pluriannuel (MP) de la Chambre de commerce d’Arezzo, en Italie, était l’objectif global du MP de soutenir les entreprises locales en mettant l’accent sur l’innovation. L’autre était le Comité pour l’entreprenariat féminin (IFE) de la Chambre de commerce, qui promeut la création d’entreprises féminines, soutient les entreprises féminines déjà établies et renforce le rôle des femmes au sein de celles-ci. Enfin, le défi consistait à renforcer les activités de l’IFE et à combiner le genre et l’innovation. C’est là que FEMINA est entrée en scène, car l’accent mis sur la participation des femmes dans les domaines de haute technologie faisait défaut jusqu’à présent.

Le nouveau projet INVENTOR LAB a vu le jour grâce aux apports de l’analyse locale/interrégionale, aux ateliers des parties prenantes locales et aux bonnes pratiques échangées au sein de FEMINA :

Inventor Lab : quand l’entrepreneuriat féminin rencontre l’innovation

L’INVENTOR LAB a été conçu par un groupe de parties prenantes locales établi autour du comité IFE. Il a été lancé en 2019 pour soutenir le développement de l’entreprenariat féminin en accordant une attention particulière au renforcement et à l’augmentation du nombre de jeunes entreprises féminines dans les secteurs des hautes technologies et des TIC. INVENTOR LAB est structuré autour d’un concours de hackathon, où des idées de projets d’entreprises innovantes sont développées par des étudiantes. Les plus prometteuses sont sélectionnées par un comité d’évaluation et les deux idées gagnantes reçoivent un prix en argent pour lancer les premières actions commerciales.

Le “hackathon pilote” a eu lieu en février 2020, 4 équipes ont participé, 2 ont reçu le prix INVENTOR LAB pour un total de 5.000 euros. Les deux équipes travaillent actuellement sur leurs projets. L’activité a été très bien acceptée par les étudiants et les acteurs locaux. Les réactions ont été positives, et toutes les parties prenantes ont convenu que la promotion de l’entrepreneuriat féminin dans le secteur numérique et des hautes technologies peut être une occasion clé d’innover dans l’économie locale et qu’INVENTOR LAB peut être l’outil approprié pour déclencher ce changement. Anna Lapini, présidente de l’IFE, a vu cette impulsion initiale validée : Les idées d’INVENTOR LAB apportent de nouveaux modèles d’entreprise, à un moment où le changement, les nouvelles idées, les nouvelles entreprises et la coopération sont extrêmement nécessaires. Les modèles actuels d’entreprises dirigées par des hommes ayant montré diverses faiblesses, il est maintenant temps de considérer la force des femmes comme un moteur pour surmonter la crise actuelle”.

Les prochaines étapes

Suite à ce résultat positif, la prochaine édition (2021) est déjà en cours de discussion. L’accent est mis sur la mise en place d’un service de tutorat structuré, à la fois pour soutenir les candidats dans la phase de préparation des propositions et pour accompagner les projets sélectionnés dans la phase de mise en œuvre. Ces développements sont en cours de discussion avec les partenaires de projet de Roumanie, de Grèce et d’Espagne mentionnés ci-dessus, dans le cadre du projet FEMINA et de la préparation par les acteurs italiens de leur plan d’action.

Crédit image : Photo par ThisIsEngineering de Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *